AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Nathanaël Lamont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité




MessageSujet: Nathanaël Lamont    Dim 4 Nov - 14:04


Jet Nathanaël Lamont


Yo la populasse, moi je m'appelle Jet Nathanaël Lamont, j'ai 24 ans et je suis serveur. Tu en veux plus ? Bon très bien. Je fais parti du groupe des Outsiders. Je suis également gay (même si ça ne te regarde pas) et célibataire. On me dit souvent que je ressemble à Zac Efron. Voilà voilà, je pense que tu sais tout ! Ah non, faut que tu saches aussi que je possède le don de Tourment !

Jaloux Possessif Attentionné Vindicatif Machiavélique
Raconte-moi ton histoire
Chers Parents,

Je sais bien que cette lettre n’a aucune raison d’être, mais il y a des choses que j’ai besoin de coucher sur le papier afin de me les extirper de la tête…

Vous n’êtes plus là. Je n’ai plus personne. Il n’y a plus rien à attendre de ce monde que le chaos et l’anéantissement. Elden a été submergé tellement vite par le fléau que je n’ai pas eu le temps de vous dire à quel point je vous suis reconnaissant de tout ce que vous avez pu faire pour moi. J’ai beaucoup de mal à exprimer clairement mes sentiments, la plupart du temps je préfère éluder la chose mais je crois que c’est le moment où jamais de franchir ce cap : Je vous aime et vous me manquez terriblement…

Après le début de l’épidémie, je n’ai pas pu m’organiser à temps pour vous protéger, vous mettre à l’abri. Je vous demande pardon. J’avais reçu des ordres, j’ai été envoyé sans préavis dans un laboratoire souterrain qui faisait partie d’une installation secrète du gouvernement afin de travailler sur une souche du virus responsable de la peste. Tout est allé tellement vite, j’ignorais qu’en ville la situation était critique. Je suis resté sept mois coupé du monde, emprisonné dans un cercueil de béton à assister mon chef de laboratoire dans ses expériences sur des rats contaminés. Durant tout ce temps, je n’ai pas cessé de penser à vous et j’ai essayé de vous joindre, mais je n’y suis jamais parvenu. Mon portable ne fonctionnait pas en sous-sol et l’accès aux autres téléphones était réservé à une élite dont je ne faisais pas partie. Les militaires chargés de notre sécurité m’interdisaient formellement de quitter la base, m’assurant que tout était sous contrôle à l’extérieur, que le virus avait été contenu mais que nous devions travailler activement à l’élaboration d’un anti-virus afin de prévenir une éventuelle résurgence de la maladie. Tout était faux mais j’étais abruti de mensonges et d’excuses en tout genre pour expliquer l’inexplicable. L’armée, la base militaire souterraine et ses laboratoires, tout était fait pour que nous n’ayons aucune distraction, aucune indisponibilité, aucun contretemps, aucun contact avec le monde extérieur, il fallait trouver un remède… Et nous l’avions trouvé. Du moins, dans une certaine mesure.

Les tests effectués sur la vermine nous ont démontré que la peste ne pouvait pas infecter un sujet traité par l’anti-virus. Cependant, l’anti-virus n’avait aucun effet sur un organisme infecté depuis trop longtemps. Est-ce donc un vaccin que nous avions découvert ? Les dirigeants de la base semblaient le croire et nous commencions dans la même journée les tests sur cobayes humains. Nous n’étions pas surpris de voir que l’anti-virus n’avait aucun effet sur les pestiférés, néanmoins la théorie du vaccin se confirmait. Des sujets sains se sont présentés au laboratoire où je travaillais et je procédai avec rigueur au protocole de sécurité, analyse préliminaire du sang du patient, dépistage d’éventuelles incompatibilités avec ce que nous appelions désormais le vaccin expérimental et enfin, mise en quarantaine du sujet dans une chambre stérile sous surveillance électronique. Ensuite, mon chef de laboratoire se chargeait des injections du vaccin.

Pauvres gens. J’ignore qui donnait les ordres mais ce jour-là, il a tué plusieurs personnes en voulant précipiter les choses, nous n’avions pas eu le temps de constater les effets secondaires potentiels. Une partie des rats traités par le vaccin sont morts le jour suivant et ce fut également le cas avec les cobayes humains. Ceux qui ont survécu à l’injection ont développé d’étranges anomalies… Des spécificités que les rats survivants n’avaient manifestement pas développées. Au contact des cellules sanguines, le vaccin expérimental avait pris une forme virale extrêmement contagieuse. Une griffure, une morsure, un échange de fluide, de salive et nous étions contaminé. Pour créer un remède, un anti-virus, nous nous étions servi de la souche même du virus de la peste afin de le rendre inoffensif et d’habituer les défenses immunitaires de notre corps à combattre cet agent infectieux. Or nous nous étions trompés, ce vaccin n’avait rien d’inoffensif. Ils s’agissait d’une simple mutation du virus originel, nos connaissances étaient insuffisantes. Il aurait fallu des années de recherches pour comprendre le fonctionnement de ce virus inédit et, hélas, nous étions pressés par le temps et le gouvernement.

Le virus O avait été créé et tous les cobayes infectés furent exécutés et incinérés afin d’empêcher qu’il ne se propage. Revenu au point de départ, les recherches reprirent encore plus intensément, nous ne dormions que 4 à 5 heures par nuit et travaillions sans relâche avec de courtes pauses. C’est d’ailleurs durant l’une de ces pauses que je reconnus le fils du voisin qui habitait à côté de la maison familiale, un ami d’enfance. Il était armé d’un fusil semi-automatique et portait l’uniforme de camouflage que l’armée utilise lors d’opérations en territoire hostile. Je l’ai interpellé mais il a fait mine de m’ignorer, puis en insistant, il daigna enfin m’adresser la parole. Je le sentais très nerveux et embarrassé, il jeta un œil alentour et me conduisit à l’écart, dans une pièce vide qu’il prit soin de verrouiller derrière nous.

Il me fit asseoir et prit une chaise à son tour en se tordant les mains d’anxiété. Puis, il me fit jurer de garder le secret sur tout ce qu’il était sur le point de me révéler. Je jurai et le fixai dans les yeux pendant qu’il me racontait ce qu’il s’était réellement passé après les premiers cas de peste et ma prise de fonction au laboratoire de la base.

La mâchoire crispée et horrifié par ce que je venais d’apprendre, je m’enquis aussitôt de votre sécurité à tous les deux. Il répondit après un long silence gêné qu’il avait découvert vos deux corps criblés de balles lors d’une énième tentative de l’armée de nettoyer la ville, il était allé inspecter la maison avec un petit détachement de soldats et vous avait trouvé, gisants, dans le jardin. Puis, il s’excusa, encore, encore et encore… Il avait examiné vos corps et à première vue, vous n’étiez pas infecté. La table était dressée, il y avait de la vaisselle, du café… Vous déjeuniez dehors, c’était l’évidence même. « Tu sais, c’était sûrement un accident, on ne reconnait pas toujours les infectés et c’est l’enfer dehors. » me répétait-il pour couvrir ses collègues. Je ne dis pas un mot et quittai la pièce pour reprendre mon travail, ruminant ma souffrance, mon indignation et ma colère. Ebranlé au plus profond de mon être, mon âme s’enténébra. Je me mis à haïr toutes les personnes que je côtoyais journellement, je les rendais responsables de votre assassinat, la faute pouvait certainement être expliquée mais elle m’était impardonnable et mon aversion pour les militaires et ceux qui donnaient les ordres dans la base ne fit que croitre. L’incompétence du gouvernement et de la milice ne trouvait aucune excuse à mes yeux. La haine prit le pas sur ma raison et je décidai de venger votre mort.

Les jours passaient et je ne trouvais pas le moyen de vous venger, j’ignorais quoi faire. Mais lorsque mon chef de laboratoire me chargea de détruire les échantillons du virus O dont personne ne s’était encore occupé, il me vint une idée.

Dans la nuit, je m’habillai et marchai jusqu’au labo. Les rats contaminés par la peste s’agitèrent dans les vivariums en me voyant. J’entrai dans la salle de décontamination vêtu d’une combinaison pour entrer dans la pièce où le virus de la peste était entreposé dans sa version la plus volatile. J’en pris un flacon et ressortis aussitôt. Je sortis alors de la doublure de ma blouse un échantillon du virus O que j’avais sauvé de la destruction et préparait une seringue afin de me l’injecter. Mon plan était simple, je me protégeais du virus de la peste grâce au soi-disant vaccin que nous avions conçu et je contaminais toute la base avec la peste en flacon que je venais de voler. J’étais conscient que cette injection pouvait m’être fatale mais tout mon être réclamait le sang des responsables de votre mort et c’était ma seule garantie de pouvoir contempler le spectacle de la purge sans moi-même finir contaminé et cannibale. Mais tout ne se passa pas comme je l’avais prévu. Mon chef de laboratoire fit une apparition inattendue tandis que je m’injectais le virus O dans une veine du bras. Il donna aussitôt l’alerte et, quelques minutes plus tard, une pléthore d’hommes armés me bloquait le passage alors que je tentais de fuir. Je ne voulais pas mourir sans être sûr qu’ils payent tous pour ce qu’ils vous avaient fait, alors je jouai ma dernière carte et je m’enfermais dans le laboratoire. Il me restait assez de virus O pour contaminer les rongeurs sains enfermés dans les cages d’une pièce adjacente. Je me plaçai face à la caméra de surveillance et je piquais une vingtaine de rats avec le virus avant que la porte du labo ne vole en éclat dans une petite explosion. Je libérai alors la vermine dans le couloir et en plaçai quelques-uns dans un conduit d'aération. La panique provoquée par la fuite des rongeurs ne suffit pas à me libérer la voie, alors je les menaçai de rompre le flacon que j’avais volé pour répandre la peste dans la base si on ne me laissait pas quitter la structure vivant. Une voix dont je ne pus distinguer la provenance ordonna qu’on me laisse partir lorsque je dévoilais à l’objectif d’une caméra l’échantillon que je tenais au creux de la main.

A peine sorti de la base, on me prit en chasse. Mais je parvins à me cacher dans une ruelle et les geignards alertés par le bruit de l’agitation se chargèrent de couvrir mes arrières à leur insu. Un groupe d’hommes armés est beaucoup plus repérable qu’un homme seul…

Je ne pouvais plus rester sur Elden, la milice allait sans doute continuer de me traquer pour récupérer le virus O que je portais en moi et celui de la peste. De toute manière, les geignards n’étaient décidément pas de très bonne compagnie, plusieurs ont tenté de me sucer la moelle des os. C’est donc plein de rancune et d’une vengeance insatisfaite que je dus quitter l’île et rejoindre Moon’s Island à bord d’un bateau volé. Je me fais passer pour un petit serveur sans histoire au Coconuts Pub, attendant l’heure où je pourrai enfin venger votre mort. Mais mes plans ont changé...

Dans ma fuite, je n’ai pas seulement emporté le virus de la peste avec moi, mais aussi le virus O, dit de l’Outsider. J’ignore comment, mais en début d’année, peu de temps après mon évasion, des personnes aux dons extraordinaires ont commencé à faire leur apparition. Il ne fait aucun doute que le désordre provoqué par ma fuite a permis à certains spécimens de rongeurs infectés de quitter la base d’une façon ou d’une autre et c'est ainsi que la contamination a commencé. Je trouve cette situation inacceptable ! Je me suis moi-même découvert un don. La sensation de pouvoir qu’il me procure est devenue une drogue et je ne peux pas tolérer l’existence d’autres personnes capables de rivaliser avec moi en puissance. C’est pourquoi je les traque et les élimine dès que l'occasion se présente. J’en ai déjà tué une dizaine, c’est devenu très facile de tuer par les temps qui courent.

Cette lettre touche à sa fin, je me sens plus léger… dans un certain sens. Mais personne ne doit connaître mon histoire, alors une fois que j’en aurais terminé avec cette confession, je la brûlerai. Je n’ai pas pu vous dire adieu alors je le fais maintenant, dans cette lettre, et je vous demande de me pardonner pour les crimes que j’ai commis et pour ce que je suis devenu… Mais c’est trop tard, je ne peux plus retourner en arrière, mon don et la haine m’ont corrompu, je ne serai plus jamais le même. Plus rien ne compte à part le pouvoir et la vengeance. Je ne peux plus m’arrêter.

Adieux.

Nathanaël



Qui je suis
FLO • J'ai 25 ans, j'ai connu le forum par mail. Je serais présent 7j/7. Je trouve le forum bien foutu.



Dernière édition par J. Nathanaël Lamont le Lun 5 Nov - 23:16, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Nathanaël Lamont    Dim 4 Nov - 14:07

Bienvenue officiellement et bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Nathanaël Lamont    Dim 4 Nov - 18:12

Merci, l'blondinet (a)
Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Nathanaël Lamont    Dim 4 Nov - 18:17

Bienvenue et bonne chance !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Nathanaël Lamont    Dim 4 Nov - 18:50

Bienvenue *-*
et bon courage pour ta fiche :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Nathanaël Lamont    Dim 4 Nov - 19:13

Merci à vous deux :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Nathanaël Lamont    Lun 5 Nov - 23:59

Ca va c'était pas très long, tu aurais pu en faire plus *paf*
En tout cas j'ai bien aimé :p


Te voilà validé !


Maintenant que tu es validé, tu vas pouvoir rp, flooder et faire tes diverses demandes, demandes de liens et demandes de sujets.

Tu peux également créer tes scénarios et n'oublies pas de venir recenser ton avatar.

Si tu as la moindre questions, tu peux envoyer un MP aux admins qui se feront une joie de t'aider, sur ce, bon jeu parmi nous !

Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Nathanaël Lamont    Mar 6 Nov - 0:02

Merci :)

Bah vers le milieu de la fin, j'me suis dit qu'il fallait que j'abrège mais si j'avais su, j'en aurais fait encore plus, j'ai plein de choses à dire encore What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Nathanaël Lamont    Mar 6 Nov - 0:06

Bah c'est trop tard, voilà !
Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Nathanaël Lamont    Mar 6 Nov - 0:08

Pas grave, j'aurais encore plus de trucs à dévoiler dans mes RPs comme ça ;)
J'voulais te mentionner dedans mais, comme j'me suis dit qu'il fallait en finir, je t'ai pas mis :P
Revenir en haut Aller en bas
Invité




MessageSujet: Re: Nathanaël Lamont    Mar 6 Nov - 0:14

Ca par contre c'est super grave What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nathanaël Lamont    

Revenir en haut Aller en bas
 

Nathanaël Lamont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nathanaël, ou le mec qui passe plus de temps à se laver les mains qu'à les utiliser
» Nathanaël H. Malfoy - un chaton au royaume des lions [fini]
» Une soirée plutôt torride [Pv: Nathanaël Crawford]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Know yourself
 :: Laisse-moi entrer. :: Les fiches validées
-